Les étapes de création d’une entreprise pour réussir son projet

Sommaire

     Vous avez un projet entrepreneurial en tête ? Pour mettre toutes les chances de réussite de votre côté, voici les 5 étapes de création d’entreprise à suivre absolument !

     

    1. Réaliser une étude de marché

     

    Créer une entreprise va vous coûter du temps et de l’argent. Mesurez bien l’étendue de votre motivation avant de vous lancer, et faites l’état des lieux de vos forces et faiblesses. Il est ensuite temps de passer à l’étude de marché. Ce document sert à vérifier la faisabilité et la viabilité de votre projet. Vous devrez recueillir des données sur :

     

      La réglementation du secteur d’activité que vous souhaitez intégrer ;

      Les perspectives et tendances du marché que vous ciblez ;

      Vos futurs clients, leurs habitudes de consommation et leur revenu disponible ;

      La structuration de la concurrence.

     

    2. Établir un business plan

     

    Autre étape de création d’entreprise incontournable pour les porteurs de projet, le business plan. Il vous sera nécessaire pour convaincre les investisseurs, banques et associés de vous suivre dans cette belle aventure. Il est organisé selon un plan précis, avec notamment présentation du projet, des équipes et des données financières. Doivent y figurer :

     

      Un prévisionnel à court terme et à 3 ans, avec bilan et compte de résultat ;

      Le seuil de rentabilité financière de votre entreprise ;

      Le prix auquel vous devrez vendre vos produits et services, c’est-à-dire votre positionnement tarifaire pour votre activité soit rentable ;

      Les besoins en trésorerie…

     

    3. Choisir une structure juridique

     

    Le choix de la forme juridique ne doit pas non plus être laissé au hasard. En effet, il aura des conséquences sur :

      Le régime fiscal auquel vos bénéfices ou votre chiffre d’affaires (CA) seront imposés (impôt sur le revenu ou impôt sur les sociétés) ;

      Le régime social auquel sera rattaché le dirigeant (travailleur non-salariés – TNS – ou assimilé salarié) ;

      Les formalités administratives à réaliser.

     

    Vous pouvez opter pour :

      Une auto-entreprise : elle est idéale pour se lancer sans trop de formalités, mais le plafonnement du CA risque de nuire au développement de votre activité ;

      Une entreprise individuelle classique (EI) ou à responsabilité limitée (EI) : elle est créée avec un formalisme moindre et peut permettre de s’affranchir des contraintes du statut d’auto-entrepreneur ;

      Une société commerciale unipersonnelle ou pluripersonnelle : il peut s’agir d’une EURL, SARL, SASU, SAS… Elles présentent chacune leurs avantages et inconvénients en termes de fiscalité et de charges sociales.

     

    Pour bien choisir votre statut juridique, vous pouvez faire appel à l’un de nos experts-comptables. Il vous indiquera celui qui est le mieux indiqué en fonction de critères aussi divers que votre volonté de vous associer ou non, de vous verser une rémunération ou des dividendes, de limiter votre responsabilité à un patrimoine d’affectation…

     

    4. Déterminer les aides financières 

     

    Vous aurez sans doute besoin de fonds pour créer votre entreprise. À cette étape, vous pouvez toquer aux portes des établissements bancaires pour obtenir un financement, faire appel à vos proches ou encore tenter de séduire des business angels.

     

    Sachez également que vous avez peut-être droit à des aides financières ou à un accompagnement, proposés par Pôle Emploi ou les collectivités. Citons notamment :

     

      L’ARCE : cette aide à la création ou à la reprise d’entreprise vous permet d’obtenir 45 % de vos droits chômages sous forme de capital ;

      L’ACRE : elle consiste en une exonération totale ou partielle de cotisations sociales au commencement de votre activité ;

      Le parcours Nacre : il s’agit d’un accompagnement au montage, à la structuration et au démarrage de votre entreprise ;

      Des subventions publiques, etc.

     

    5. Réaliser les démarches administratives

     

    Ultime étape de création d’entreprise, la réalisation des formalités. Elles diffèrent selon le statut choisi.

    • En micro-entreprise : vous devez déclarer en ligne le début de votre activité, au moyen du formulaire Cerfa P0 ;
    • En EI / EIRL : vous devez procéder à une immatriculation auprès du centre de formalités des entreprises (CFE) compétent, qui sera :

      L’URSSAF pour les professions libérales ;

      Le RCS pour une activité commerciale ;

      Le RM pour une activité artisanale.

    Si vous optez pour une EIRL, vous devrez en outre remplir une déclaration d’insaisissabilité.

    • En société commerciale : les formalités administratives sont plus nombreuses et comprennent notamment :

      La rédaction des statuts juridiques ;

      La parution d’un avis de constitution dans un journal d’annonces légales ;

      Le remplissage du formulaire de création d’entreprise M0 ;

      Le versement d’une partie du capital social sur un compte bancaire bloqué ;

      L’immatriculation au CFE compétent, accompagné d’un chèque pour la réalisation des démarches.

     

    Une fois votre extrait K ou votre Kbis en poche, vous pouvez enfin commencer votre activité !

     

    Le cabinet d’experts-comptables ECAI vous accompagne dans la création de votre entreprise et plus tard, dans la gestion de votre entreprise.

    ECAI-telephone

    Téléphone :

    01 49 95 04 40

    ECAI-adresse

    Adresse :

    30 Rue de Lübeck, 75116 Paris