Défaillances d’entreprises : comprendre leur origine

Sommaire

    Défaillances d’entreprises : comprendre leur origine

    Selon le rapport d’Altares « Bilan 2015 : Défaillances et sauvegardes d’entreprises en France », 63 081 entreprises ont défailli en 2015 (+ 0,8 % par rapport à 2014). Les défaillances de PME retombent à des valeurs de début de crise mais 235 000 emplois directs sont encore menacés.

    Cependant, en s’intéressant au secteur des services aux entreprises, on peut voir que le volume des défaillances se stabilise (il est proche de 7 500). Quant aux activités d’architecte et d’ingénierie, elles sont bien orientées (- 4,2 %) comparées à celles de conseil en communication et gestion (2,6 %) et nettoyage de bâtiment (+4,7 %).

    Evolution des défaillances France sur 20 ans

     

    Mais quelles causes sont à l’origine de ces défaillances ? Pour le savoir, nous nous sommes penchés sur les deux principales raisons invoquées par le rapport de l’Institut Sage concernant les défaillances des PME et des TPE : l’endettement ainsi que la mauvaise gestion et une visibilité insuffisante.

     

    Le facteur endettement : primordial et intenable

    Parmi les nombreux indices de difficulté des TPE/PME, le plus significatif est la situation de leur endettement :

    • des dettes bancaires supérieures à leur capacité de remboursement,
    • des dettes financières plus élevées que les dettes fournisseurs (30% et 16% du passif, contre respectivement 8 % et 11 % pour les entreprises saines)
    • des dettes sociales et fiscales en hausse (soit 16 % du passif, contre 4 % pour les entreprises saines).
    • Le recours croissant aux découverts bancaires (y compris lorsque la conjoncture est favorable)
    • une insuffisance de fonds propres, souvent dès la création de l’entreprise ; d’où une fragilité croissante des jeunes entreprises.

     

    Une mauvaise gestion et une visibilité insuffisante concernant l’avenir

     Au fil des ans, on peut voir que les principales raisons de cette mauvaise gestion et de cette insuffisante visibilité proviennent toujours des mêmes facteurs. Parmi ceux-ci, on trouve :

    • une optimisation insuffisante de la gestion de leurs stocks,
    • un recouvrement des impayés inefficace,
    • une absence de négociation des délais de paiement des fournisseurs,
    • une sous-estimation du montant des investissements à réaliser et une sur-estimation de leur degré de rentabilité,
    • des difficultés croissantes dans la recherche de financements bancaires à moyen et long termes,
    • une diversification insuffisante des sources de financement,
    • une gestion de trésorerie irrégulière ou inexistante,
    • pas d’optimisation des charges sociales, fiscales et foncières,
    • une absence de maîtrise de la rentabilité des ventes (ventes à perte ignorées ou sous-estimées)

    La connaissance de ces facteurs peut être utile aux chefs d’entreprises. En effet, elle peut les aiguiller quant aux moyens de prévenir ces défaillances. C’est ce dont nous parlerons dans le prochain article de ECAI, votre expert comptable Paris 16ème.

    ECAI-telephone

    Téléphone :

    01 49 95 04 40

    ECAI-adresse

    Adresse :

    30 Rue de Lübeck, 75116 Paris